Les EdTechs : panorama et enjeux des technologies pour l’éducation et la formation

Le secteur des EdTechs ou “Educational technology” désigne l’ensemble des outils et innovations destinés à favoriser et améliorer l’éducation et la formation initiale ou continue. Ces entreprises – dont le marché s’est fortement développé partout dans le monde ces dernières années – s’adressent aussi bien au monde scolaire et périscolaire qu’au monde de l’entreprise. Leur essor fût permis par la démocratisation d’internet, les évolutions les plus récentes du numérique (algorithmes, Intelligence artificielle, softwares…) mais aussi les nouveaux besoins, tournés vers le digital, exprimés par les acteurs de l’éducation et de la formation.

Voici un aperçu global de ce qu’est le marché des EdTechs en France et ses principaux enjeux.

Un secteur au potentiel immense…

Cet essor très rapide des EdTechs est notamment caractérisé par le nombre croissant de créations d’entreprises dans ce secteur. Aujourd’hui, c’est plus de 420 entreprises – principalement des start-ups – qui opèrent sur ce créneau. Plus de 50% d’entre elles ont été créées après 2015 ! Autre symbole de ce développement rapide : le nombre d’opérations d’investissement réalisées sur ce marché, que ce soit en volume ou en valeur (cf graphique ci-dessous).

Investissements dans les Edtechs depuis 2008
Investissement en Millions d’euros dans les entreprises de la EdTech en France. Source : Xerfi.

Pour accélérer leur développement, les EdTechs s’appuient le plus souvent sur des solutions innovantes (E-learning, applications, plateformes web, outils de gestion…), ainsi que sur un traitement souvent massif de données par intelligence artificielle. Ces innovations dans la formation permettent de se différencier des acteurs traditionnels de l’éducation en collant au plus près des besoins exprimés par les utilisateurs finaux.  Leurs objectifs : moderniser les méthodes d’apprentissage, compléter et renforcer les pratiques pédagogiques ou encore pallier les inquiétudes face à l’orientation académique et professionnelle. L’enjeu est de démocratiser l’accès à l’éducation et à la formation par la réduction des coûts. Pour cela, le déploiement à grande échelle est privilégié.

Ainsi, nous distinguons trois grandes familles d’entreprises de la EdTech :

  • Les EdTech tournés principalement vers la production et la diffusion de contenus : Cours en ligne, MOOCs (Massive Open Online Courses), ressources pédagogiques, applications ludo-éducatives, outils d’apprentissage des langues étrangères…
  • Les EdTechs de services : Aide à l’orientation, outils collaboratifs et de gestion des établissements scolaires et périscolaires, spécialistes de la formation professionnelle…
  • Les EdTech dites d’intermédiations : ce sont principalement des plateformes de mise en relation permettant d’accéder à des professeurs ou formateurs particuliers.
Innovations dans la formation

… mais dont la véritable révolution se fait encore attendre.

Cet essor des EdTech est toutefois à relativiser, notamment en France. Si l’on peut être fier des grands succès nationaux  comme OpenClassRooms, CrossKnowledge, Coorpacademy ou encore 360 Learnings, peu de projets parviennent à passer l’étape de la commercialisation à grande échelle. Finalement, les investissements sont principalement captés par les acteurs majeurs du secteur à l’image d’OpenClassRooms dont la levée de 50M€ en 2018 représente 19% des investissements perçu par le secteur cette année là.

Des doutes persistent notamment sur la capacité de ces entreprises à rentabiliser leur activité de manière durable. Par ailleurs, le secteur des EdTechs est très compétitif et il est compliqué de dégager une proposition de valeur différenciante. Pour ce faire, l’accent est mis sur des technologies ou pédagogies innovantes. De plus, il persiste encore de nombreux freins structurels en France :

  • Rigidité du système éducatif qui complexifie les processus d’accès au marché scolaire et périscolaire.
  • Culture de l’éducation gratuite qui limite l’attrait du grand public pour des solutions payantes.
  • Une domination toujours très nette de la formation en présentiel. Si le online tend à se développer grâce aux acteurs du E-learning, c’est bien la formation en présentiel qui reste la plus plébiscitée que ce soit au niveau de la formation initiale ou continue en entreprise.
  • Poids prépondérant et rigidité des acteurs traditionnels dans l’éducation et la formation qui captent toujours de fortes parts de marché.
Panorama des Edtechs et innovations dans la formation

Les évolutions à venir du secteur de la EdTech.

Le marché de la formation en entreprise constitue l’horizon le plus prometteur et le plus porteur pour les entreprises de la EdTech tant le contexte est favorable pour celui-ci : volatilité des talents, difficultés croissantes de recrutement, taux de chômage encore élevé, obsolescence des compétences, apparition de nouveaux métiers… sont autant d’éléments qui font de la formation continue un impératif de plus en plus urgent pour les entreprises. L’un des symboles de cette nécessité est le nombre d’emplois non pourvus en France compte tenu du chômage que connaît notre pays. Les entreprises ne parviennent pas à trouver les compétences dont ils ont besoin (83% des PME/ETI rencontrent des difficultés de recrutement), et se dirigent donc vers la formation continue afin,de favoriser la montée de compétence en interne.

Pour être compétitives, les EdTechs ne lésinent donc pas à investir dans de nouvelles méthodes d’apprentissage et dans un accès toujours plus facilité à leur offre de formation. L’enjeu est également pour ces entreprise d’individualiser l’apprentissage afin de coller au mieux aux besoins des entreprises. Voici les principales évolutions techniques et pédagogiques qui impactent fortement le marché et appellent des innovations dans la formation :

  • Les MOOCS ou Massive Online Open Courses. Si le MOOC a une forte notoriété aujourd’hui, les méthodes de diffusions évoluent avec par exemple le développement du dispositif ATAWAD (any time, anywhere, any device). A ce titre nous observons de plus en plus d’offres de formation en ligne disponibles sur mobile. Plus de 80% des entreprises françaises affirment que leurs programmes de formation vont vers davantage de numérique.
  • L’adaptative learning s’appuie sur l’intelligence artificielle et permet de personnaliser l’enseignement selon les besoins de chacun, tant en termes de contenu qu’au niveau du rythme d’apprentissage. L’adaptive learning est la combinaison des sciences cognitives, des sciences de l’éducation et de l’IA. On peut ici citer des entreprises comme Domoscio ou encore Woonoz qui met en avant ses méthodes “d’ancrage mémoriel” basée sur les neurosciences.
  • Le Blended Learning est une des innovations dans la formation qui combine à la fois des contenus en ligne mais aussi des modules en présentiel. L’objectif est d’optimiser l’apprentissage en diversifiant les supports et en réduisant les coûts liés à l’intervention de formateurs experts sur le terrain. 360 Learning reste à ce jour la référence en France sur les méthodes de Blended Learning.
  • l’immersive learning s’appuie sur la réalité virtuelle afin de permettre l’apprentissage en situation réelle tout en laissant le droit à l’erreur : étudiants en médecine simulant une expérimentation, déplacement virtuel d’une classe dans un lieu culturel, entraînement à diriger une classe, etc. On retrouve ici des entreprise comme Reality ou encore Serious Factory.
  • Le Micro learning consiste à multiplier les séances très courtes d’apprentissages afin de favoriser la mémorisation grâce à la répétition. Cette méthode est très utilisé pour les applications éducatives. Des entreprises comme InTeach, Beedeez ou encore Coorpacademy ont opté pour de l’apprentissage en Micro Learning afin de pousser leurs offres respectives.
  • Les Serious games permettent de s’instruire tout en s’amusant. Le plaisir et le jeu favorisent non seulement la motivation, mais aussi l’apprentissage de la mémorisation : simulation d’un entretien d’embauche, d’un processus de vente, gestion de la sécurité… Des entreprises telles que My Serious Games proposent de co-créer avec vous des formations innovantes type serious games sur mesure.
  • Le Bots teaching s’appuie sur l’intelligence artificielle et plus particulièrement les chatbots. Ces derniers répondent directement aux interrogations des utilisateurs, avant que le relais ne soit pris par un « humain » pour répondre à leurs demandes plus complexes.

Au-delà des méthodes d’apprentissage se pose désormais la question de la certification et de la validation des compétences. De plus en plus de EdTechs cherchent à fournir des diplômes afin de valoriser l’apprentissage et renforcer l’employabilité de leurs utilisateurs finaux. Voici quelques exemples d’entreprises ayant investi le domaine des certifications et diplômes :

  • Coursera propose 4 masters 100% à distance
  • Edx donne la possibilité de suivre une vingtaine de Micro-masters différents.
  • Udacity a créé des « nanodegrees », sorte de mini-masters pour des métiers précis, notamment dans la tech.
  • Openclassrooms a obtenu le statut d’établissement d’études supérieures et peut à ce titre délivrer des diplômes d’Etat.

Un écosystème qui favorise la croissance du secteur des EdTechs.

L'écosystème des Edtechs

Un véritable écosystème s’est structuré autour du marché de la EdTech, preuve supplémentaire de la très forte dynamique de ce secteur. Cet écosystème est à la fois composé d’opérateurs public et d’acteurs privés :

Cet écosystème a pour objectif de renforcer le secteur des EdTech qui devient stratégique compte-tenu de l’importance de l’éducation et de la formation dans une économie qui ambitionne de croître, d’innover et d’être compétitive sur la scène internationale. Les objectifs affichés sont de soutenir la recherche, encourager la diffusion des nouvelles innovations dans la formation, structurer le réseau des EdTech et promouvoir ses entreprises à l’international. Il s’agit également, dans un pays comme la France, de contribuer au débat public afin de renforcer le système d’éducation.

Les principaux facteurs de réussite pour les Edtechs sont :

  • L’accès aux financements publics ou privés.
  • La diversification de l’offre et des solutions proposées. Notamment afin de répondre à des attentes plus larges comme celles des entreprises pour la formation continue par exemple.
  • Un gain de légitimité et de valeur perçu par l’utilisateur final.
  • L’internationalisation rapide des acteurs nationaux tels qu’OpenClassRooms en France.

Le secteur des EdTech est donc bien un secteur d’avenir dont l’essor est largement permis par la révolution digitale et numérique. Toutefois, celui-ci n’a pas encore connu de révolution à l’image des FoodTech ou Fintech. Pourtant, cela ne saurait tarder tant les innovations dans la formation et l’éducation sont des enjeux primordiaux à la fois pour les acteurs concernés mais également pour les pouvoir publics, comme le montrent les nombreuses réformes que l’on observe dans ces domaines dans nombre de pays occidentaux ces dernières années.


Pour aller plus loin :
Notre analyse et résumé des enjeux actuels de la formation professionnelle.
Infographie : les ressorts de la formation professionnelle.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Votre temps est précieux, le nôtre aussi ! Une newsletter par mois, un concentré d'infos intéressantes et efficaces.

C'est enregistré !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Votre temps est précieux, nous aussi ! Une newsletter par mois, un concentré d'infos intéressantes et efficaces.

C'est enregistré !