L’urgence de la formation professionnelle, enjeux et écueils à éviter

Le marché de la formation professionnelle est en ébullition : nouvelle réforme, nouvelles pratiques liées à l’évolution des métiers ainsi qu’à la montée en puissance d’enjeux RH autour de l’engagement ou du recrutement. Pourtant il s’agit encore d’une pratique trop marginale, méconnue et mal gérée. Le sujet vous intéresse ? Nous avons compilé dans cet article une partie de la copieuse littérature sur le sujet pour vous donner en quelques minutes un aperçu clair et complet des enjeux et tendances sur ce secteur en pleine mutation.

Des mérites reconnus mais une pratique trop peu développée

En Europe, la France ne fait pas figure de bon élève sur le marché de la formation professionnelle. En effet en France, seulement 1 personne sur 3 bénéficie d’une action de formation chaque année, contre plus de 50% en Allemagne, au Royaume-Uni et dans les pays scandinaves. Un retard qui s’explique notamment par les multiples réformes des 15 dernières années qui ont bousculé le marché.

Ce retard est d’ailleurs accentué pour les profils les moins qualifiés et les plus petites entreprises : deux fois plus de cadres que d’ouvriers participent à des formations et seulement 35% des salariés des TPE ont accès à la formation, contre 62% dans les entreprises de plus de 250 salariés. Cet écart s’est creusé alors que la responsabilité sociale des entreprises s’accentue et que les grands groupes mettent en place d’importantes politiques de formations. Ces politiques, souvent standardisées et déployées sur de coûteuses plateformes (LMS) ne sont pas toujours efficaces et souffrent de taux d’utilisations souvent trop faibles.

L’enjeu de la formation professionnelle est pourtant immense en France : entre 300 000 et 400 000 postes ne seraient pas pourvus, et des secteurs entiers souffrent d’une carence de main-d’œuvre qualifiée. Ceci s’explique tant par un manque d’information lié à la complexité du marché de la formation en France, qu’à un manque de perspective et une mauvaise gestion des talents dans les entreprises. Une des conséquences directe est que 83% des PME/ETI rencontrent des difficultés de recrutement.

Les écueils à éviter en formation

Paradoxalement, la formation professionnelle est reconnue comme étant un élément indispensable au développement des entreprises : 93% des DRH considèrent que la formation est un levier stratégique. En effet, alors que la gestion de carrière pouvait être perçue comme une fonction support accessoire, elle devient progressivement un axe clé d’engagement des salariés et d’optimisation de la masse salariale. Ainsi, face aux mutations technologiques et à l’évolution rapide des métiers, la formation devient incontournable pour permettre à l’entreprise de rester à la pointe de son secteur.

Parallèlement, être formé est aussi une attente forte exprimée par les salariés : 7 employés sur 10 souhaitent se former dans les 5 ans à venir, en priorité pour s’assurer des débouchés et un maintien de leur  employabilité. De la même manière, 42% d’entre eux se disent prêts à financer leur formation eux-mêmes. La formation professionnelle n’est donc pas seulement un enjeu pour les entreprises, c’est également un enjeu pour les individus. Cette évolution a d’ailleurs bien été adressée par la récente réforme de la formation qui transforme le CPF (compte professionnel de formation) et le rend plus facile à exploiter en le convertissant en euros.

Les moyens de se former changent

La préoccupation des managers et responsables RH est aujourd’hui de pouvoir mettre à disposition de leurs salariés des moyens pour apprendre à tout moment et selon leurs besoins. Il faut donc développer de la flexibilité et du sur-mesure. Ainsi, si les formations à distance sont de plus en plus populaires, tant du côté des salariés que des DRH pour la flexibilité et les économies qu’elles permettent, les formations en situation de travail et les parcours individualisés ont également le vent en poupe.

Par conséquent, de nouvelles manières d’apprendre voient le jour : offres modulaires courtes, formats ludiques, micro-learnings & autres innovations portées par un secteur des EdTechs très vivace. Ces offres cohabitent avec une attention nouvelle portée à l’analyse des compétences et le suivi des parcours individuels de formation professionnelle : mentoring, coaching, formations en situation, individualisation des parcours. Ainsi, les programmes de formations s’inscrivent de plus en plus dans des dynamiques globales co-construites et adaptées.

Les moyens de la formation professionnelle se diversifient avec le digital

De la même manière, alors que l’impératif économique se fait toujours plus sentir, l’impact des formations et leur retour sur investissement sont de plus en plus suivis. C’est pourquoi une formation doit aujourd’hui être applicable et efficace, tant pour le salarié que pour l’employeur. Les effets doivent également être mesurables, à court et moyen-terme, à travers une analyse de la productivité ou d’autres indicateurs tels que du mapping de compétence progressivement développés pour offrir une meilleure analyse aux décideurs.

Malgré un grand attrait pour les formations à distance (notamment les MOOCS mais aussi les modules de e-learning en général), les formations perçues comme les plus efficaces restent celles délivrées en présentiel et via l’accompagnement d’un formateur à la demande. On voit donc que les formations à distance constituent un excellent moyen de diffuser du savoir, mais que l’efficacité à terme de la formation professionnelle passe nécessairement par un module d’application et d’adaptation à la réalité métier. Cette dernière brique nécessitant alors l’intervention d’experts, formateurs dédiés ou managers.

Les compétences de demain se cultivent aujourd’hui

Selon les rapports – de l’OCDE notamment – 85% des emplois de 2030 n’existent pas aujourd’hui, ce chiffre doit avant tout inciter à développer dès aujourd’hui les compétences permettant de s’adapter à cette brutale mutation de notre environnement professionnel. De fait, les formations les plus plébiscitées aujourd’hui, tant par les responsables RH que les salariés en général, préparent cette transformation des métiers. On peut notamment citer l’agilité et l’adaptation (49%) le fait d’apprendre à apprendre (45%) mais aussi l’organisation efficace de son travail (41%), la communication au travers du numérique (35%), l’esprit d’initiative et d’entreprise (31%), la créativité et sens de l’innovation (30%) ainsi que la collaboration à distance (24%).

Pour aller plus loin :

Découvrez comment mener à bien votre partage de connaissances en interne.
Infographie : les liens entre formation et engagement.
Les clés pour une ingénierie pédagogique réussie.

Sources :
Cegos : baromètre de la formation professionelle 2018
Xerfi : le marché de la formation professionnelle à horizon 2022
Cérèq : formation continue en entreprise
BPI France : Attirer les talents dans les PME et les ETI
Rapport Dell pour l’Institut du Futur

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Votre temps est précieux, le nôtre aussi ! Une newsletter par mois, un concentré d'infos intéressantes et efficaces.

C'est enregistré !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Votre temps est précieux, nous aussi ! Une newsletter par mois, un concentré d'infos intéressantes et efficaces.

C'est enregistré !